+ Que les hommes se lèvent !

Les hommes sont appelés à se lever, non pas avec des motivations “machistes” ou autres inspirées de certaines conceptions de la masculinité que propose le monde, mais en élevant la personnalité de Dieu, à l’image de qui ils ont été créés.

Les hommes sont encouragés à se lever pour prendre leurs responsabilités de maris, de pères, de chefs de famille, d’hommes d’église.

C’est un appel de l’Esprit de Dieu aujourd’hui : que les hommes se lèvent, et assument leurs responsabilités d’homme vis-à-vis d’eux-mêmes, de leur famille, de l’Eglise.

En tant que maris

Une chose qui caractérise notre société, c’est la démission des hommes en tant que maris et pères.

Après avoir créé l’homme, le Seigneur fit la déduction suivante :

“Il n’est pas bon que l’homme soit seul.” (Genèse 2 : 18)

Et Il lui donna donc une aide semblable à lui. S’Il déclara, après la chute, que cette aide devait lui-être soumise, Il n’impliqua nullement par là qu’il devait soumettre, et encore moins écraser cette aide.

En fait, Il lui donna la mission de l’aimer, précisant plus tard par la bouche de l’apôtre Paul :

“Maris, que chacun aime sa femme, comme Christ a aimé l’Eglise, et s’est livré lui-même pour elle.” (Ephésiens 5 : 25)

Cette société est remplie de femmes seules, qui ont été abandonnées, trompées, frappées par leur mari. On est, en général, loin du plan original de Dieu.

Dans ce monde, l’homme se caractérise souvent par les choses suivantes :

-  L’égoïsme :

Il est facile, pour l’homme, de ne pas prendre conscience de tout ce qu’exige la fonction d’une femme, le fait de s’occuper des gosses, de la maison, etc. Penser que notre femme n’est là que pour nous servir, qu’elle doit toujours être disponible pour nous, sans que nous cherchions à la soulager en quoi que ce soit, est le propre de beaucoup d’hommes et dénote une attitude des plus égoïstes.

-  Infidélité :

Ce même homme a une énergie sexuelle puissante (qui est au départ un don de Dieu) qui, si elle n’est pas correctement canalisée, l’amène à désirer avoir des relations avec plus d’une femme.

Cela s’appelle de l’adultère et est un des péchés qui cause le plus de déceptions, qui a le plus de conséquences néfastes qui soit. Cette attitude ne date pas d’hier. Jérémie s’exprimait déjà en ces termes :

“Semblables à des chevaux bien nourris, qui courent çà et là, chacun hennit après la femme de son prochain.” 

 -  Violence :

De nature, généralement plus forts que la femme, beaucoup d’hommes profitent de cet état de choses, laissant libre cours à leur violence envers leur femme ou de leurs enfants. J’entendais dire aux nouvelles hier, qu’en Espagne, chaque semaine, une femme est tuée par son mari.

S’adressant à Son peuple, le Seigneur lui reprochait :

“Voici, vous jeûnez pour disputer et vous querellez, Pour frapper méchamment du poing.”  (Esaïe 58 : 4)

Il y a, en effet, beaucoup de chrétiens qui jouent les “hyper spirituels” à l’Eglise et qui sont violents à la maison. Mais la Bible dit aux maris de ne pas s’aigrir contre leurs femmes (Colossiens 3 : 19).

Vivant toujours dans un corps de chair, l’homme chrétien, peut se voir également attiré vers ces choses s’il ne permet pas, au contraire, à l’Eprit de Dieu de prendre sa vie en main, et d’instaurer en lui un autre état d’esprit que celui qui existe dans ce monde.

Un appel à aller dans la direction opposée

En énumérant ces points, nous voulons donc souligner le fait que l’homme de Dieu qui se lève doit aller dans la direction opposée, ET EXPRIMER SA MASCULINITE en…

- En aimant sa femme concrètement !

En la protégeant, l’encourageant, la soulageant etc. Toute femme, bien dans sa tête, désire être soumise à un mari dont elle se sait et se sent aimée et sur lequel elle peut s’appuyer.

-   En étant fidèle !

La fidélité est une des vertus bibliques les plus fortes. Dieu veut un peuple fidèle, la fidélité d’un ami est quelque chose de précieux etc.

“Que la bonté et la fidélité ne t’abandonnent pas ; lie-les à ton cou, écris-les sur la table de ton cœur.”  (Proverbes 3 : 3)

Un homme démontre sa force par sa fidélité à sa femme. Il démontre, au contraire, sa faiblesse de caractère et sa faiblesse tout court en étant déstabilisé par le charme féminin.

La force réelle d’un homme ne se trouve pas avant tout dans ses muscles, mais se révèle dans sa réaction face à la tentation. Les histoires de Samson et Joseph nous montrent clairement cela. Ce qu’il advint de chacun d’eux nous montre aussi qu’il y a un salaire pour chacun de ces deux comportements opposés, face à la tentation.

La sagesse nous amène à comprendre dans ce domaine que :

“La grâce est trompeuse, et la beauté est vaine ; la femme qui craint l’Eternel est celle qui sera louée.”  (Proverbes 31 : 30)

La virilité est indissociable de la force.

Contrairement à l’idée répandue dans ce monde, un homme ne prouve pas sa virilité en allant avec le plus de femmes possible (c’est plutôt sa bestialité qu’il prouve dans ce cas), mais en allant vers celle seule que Dieu lui donne en disant non aux autres :

“Que ta source soit bénie, et fais ta joie de la femme de ta jeunesse.”  (Proverbes 5 : 18)

En tant que pères

Nous avons dit que l’homme est créé à l’image de Dieu. Dieu se révèle à nous comme Dieu le Père. L’homme qui se lève en Christ est appelé à se lever avec l’image de Dieu, et donc refléter celle du père.

Le monde est rempli de pères qui ne sont plus que des pères biologiques, mais pas des pères au niveau spirituel, affectif et moral. Le nombre croissant des incestes est un signe de dégénérescence de la position de père dans notre monde. Quand un homme en arrive à ces extrémités, il a perdu toute dignité paternelle et humaine tout court.

Il y a un esprit dans ce monde dont le but est de faire déchoir les pères de leur position, car cette place est une des plus honorables et influençables pour notre monde.

Des pères sont un modèle, ils ont une mission : engendrer. Engendrer non seulement des enfants, mais chez ces enfants une moralité, une mentalité, etc. Les pères dignes de ce nom influencent, par leur comportement, des enfants, donc une société, dans le bon sens, les pères indignes influencent dans le mauvais sens. C’est pourquoi beaucoup de fils d’alcooliques, par exemple, deviennent eux-mêmes alcooliques. Le problème est spirituel par essence.

Qualités de pères

Voulant expliquer aux Thessaloniciens la profondeur de son amour pour eux dans le cadre de son ministère, Paul leur parle en ces termes :

“Vous savez aussi que nous avons été pour chacun de vous ce qu’un père est pour ses enfants.”  (1 Thessaloniciens 2 : 11)

Un père est supposé être précieux pour son enfant : un sujet de bénédiction, une protection, un conseiller qui l’instruit dans les bonnes choses :

“Ecoutez, mes fils, l’instruction d’un père, et soyez attentifs, pour connaître la sagesse.”  (Proverbes 4 : 1)

Un père digne de ce nom ne veut rien d’autre pour son enfant que le meilleur, il lui veut du bien tous les jours de sa vie, il lui souhaite plus de succès qu’à lui-même, il donnerait sa vie pour son enfant.

Un père châtie son enfant si nécessaire :

“Car l’Eternel châtie celui qu’il aime, comme un père l’enfant qu’il chérit.”  (Proverbes 3 : 12)

Mais il n’est pas supposé être dur pour autant :

“Ne réprimande pas rudement le vieillard, mais exhorte-le comme un père.”  (1 Timothée 5 : 1)

“Pères, n’irritez pas vos enfants, de peur qu’ils ne se découragent.”  (Colossiens 3 : 21)

Car un père a COMPASSION de ses enfants :

Comme un père a compassion de ses enfants, L’Eternel a compassion de ceux qui le craignent.”  (Psaume 103 : 13)

Cette génération d’enfants, souvent orphelins pour avoir perdu leurs parents, ou un parent, ou encore ayant des parents qui ont démissionné a besoin de pères pour l’instruire, pour l’aimer, pour la corriger, l’exhorter et avoir compassion d‘elle.

En tant que membres engagés dans l’Eglise

L’homme, chef de sa famille, doit montrer l’exemple à celle-ci. Il doit faire en sorte de devenir un membre engagé dans son Eglise, communiquer l’amour de l’Eglise, être un pilier dans celle-ci.

S’il fait, au contraire, partie de ces gens qui sont irréguliers aux réunions, qui critiquent tout, qui parlent des problèmes des uns et des autres devant les enfants, à la maison, non seulement il fait une oeuvre de destruction mais il entraîne sa famille dans cette oeuvre. Beaucoup d’enfants de chrétiens et de pasteurs sont devenus allergiques à l’Eglise locale, à cause de tout ce qu’ils ont entendu dire à la maison sur un tel ou une telle.

L’Eglise est le Temple de Dieu et du Saint-Esprit. Faisant allusion à la vie éternelle, le Seigneur dit au sujet de ceux qui auront été fidèles :

“Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu.”  (Apocalypse 3 : 12)

Nous voyons là que la pensée de Dieu est que des hommes deviennent des colonnes (par définition des personnes qui soutiennent l’édifice) sur lesquelles on peut appuyer le reste de la construction, sur qui on peut s’appuyer.

De qui croyez-vous que Dieu va faire des colonnes de Son Temple éternel, sinon de ceux qui ont été des colonnes de Son Eglise ici-bas.

En tant qu’hommes dans cette société

Beaucoup de gens, y compris de chrétiens, se laissent influencer sur leur lieu de travail, au milieu de leur famille. Ils n’osent pas dire non !

C’est assez facile d’être chrétien à l’Eglise, mais l’Ecriture nous appelle à nous comporter en hommes dans notre vie de tous les jours. Cela en vivant publiquement ce que l’on entend être prêché à l’église.

Quelques versets :

“Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs.”  (Psaume 1 : 1)

“Heureux l’homme qui place en l’Eternel sa confiance, et qui ne se tourne pas vers les hautains et les menteurs !”  (Psaume 40 : 4)

“Heureux l’homme qui exerce la miséricorde et qui prête. Qui règle ses actions d’après la justice.”  (Psaume 112 : 5)

Le Diable et l’homme

Il y a une haine farouche entre l’homme et le diable. L’homme est une créature que Dieu aime particulièrement. Il a été créé à l’image de Dieu ; en frappant l’homme, Satan touche à Dieu. D’ailleurs, l’homme ne semble t-il pas avoir pris la place de Satan ? C’est une hypothèse, mais combien vraisemblable.

Lorsque Dieu créa l’homme, Il le plaça dans le jardin d’Eden. Or, avant sa chute, Satan était en Eden. S’agit-il du même Eden ? Qu’il s’agisse du même ou pas, le rapprochement ne peut que se faire. Satan avait auparavant une place particulière en Eden : les passages d’Ezéchiel 28 nous montrent que “tambourins et flûtes étaient à son service”.

Satan tombe ! Nous retrouvons l’homme dans un Eden, et c’est à lui que Dieu soumet toutes choses. Satan s’acharne, dès lors, à faire tomber l’homme puis à le détruire. Mais Dieu a décidé de faire tomber Satan à travers l’homme.

C’est pourquoi nous devons apprendre à affronter, avec foi et détermination, les tempêtes que l’adversaire ne manque pas de mettre régulièrement sur notre route.

Face aux tempêtes

Face aux tempêtes de la vie, ce qui caractérise un homme est qu’il n’abandonne pas le bateau, ce peut être le bateau de sa famille, de son Eglise (sauf direction de Dieu), le bateau de sa vie avec Dieu.

- C’est face à l’adversité qu’un homme montre sa fidélité, face aux tempêtes qu’il peut SE DEPASSER dans ses sentiments et l’expression de son amour, contrairement à certains dictons du monde qui veulent que l’on ait des amis seulement lorsque tout va bien et non lorsque tout va mal.

“L’ami aime en tout temps, et dans le malheur il se montre un frère.”  (Proverbes 17 : 17)

“Les blessures d’un ami prouvent sa fidélité, mais les baisers d’un ennemi sont trompeurs”.  (Proverbes 27 : 6)                

- Les tempêtes sont une occasion pour libérer notre courage, en acceptant de souffrir avec ou pour les autres.

Dieu cherche des hommes :

“Je cherche parmi eux un homme qui élève un mur, qui se tienne à la brèche devant moi en faveur du pays, afin que je ne le détruise pas ; mais je n’en trouve point.”  (Ezéchiel 22 : 30)

- Dieu cherche des hommes qui, lorsque les tempêtes soufflent, se tiennent debout,  devant les brèches pour faire changer le vent de direction, afin que sa famille, son Eglise, etc., soient protégées à cause de lui.

Il nous appelle à nous comporter comme le bon berger et non comme des mercenaires, à l’image de Jésus :

“Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. Mais le mercenaire, qui n’est pas le berger, et à qui n’appartiennent pas les brebis, voit venir le loup, abandonne les brebis, et prend la fuite ; et le loup les ravit et les disperse.”  (Jean 10 : 11 à 15)

Bref Dieu cherche des hommes prêts à se comporter en hommes face à l’adversité.

 Face aux échecs

 Les personnes qui réussissent dans la vie, c’est-à-dire qui viennent à bout de leurs projets, visions, buts ne sont pas des gens qui ne connaissent pas d’échecs sur le chemin. Ils font parfois partie de ceux qui en ont connu des plus cuisants.

Seulement, ils ont accepté de se relever, ils n’ont pas laissé tomber la vision au cours de leurs chutes ou l’ont vite ressaisie, pour s’élancer avec encore plus d’efforts.

Un exemple des plus forts qui image bien cette vérité est celui de la vie de d’Abraham Lincoln :

En 1832, il perdit son travail et perdit les élections législatives. En 1833, il fit faillite. En 1835, il perdit sa fiancée qui mourut. En 1836, il eut une dépression nerveuse. Il subit encore plusieurs échecs politiques les uns après les autres entre 1838 et 1858.

Et pourtant, cet homme, un chrétien convaincu, est devenu un jour président des Etats-Unis et un des plus grands leaders de l’Amérique. C’est sous sa présidence qu’un des plus grands combats spirituels de l’histoire fut gagné : l’abolition de l’esclavage.

Je ne dis pas qu’il faille passer par tout ce qu’Abraham Lincoln est passé pour réussir, mais sont acharnement peut être pris en exemple.

La notion d’homme digne de ce nom est indissociable de la notion de courage.

“Sept fois le juste tombe ET IL SE RELEVE.”  (Proverbes 24 : 16)

Mesdames, mesdemoiselles

Les qualités d’une femme ne se jugent pas sur son tour de taille ou ses yeux langoureux. De même, un homme avec qui faire sa vie ne doit pas être jugé sur ce genre de critères.

Une femme doit apprendre à reconnaître le genre d’homme qui lui servira d’appui dans toutes les situations difficiles de la vie. Il est rare aussi qu’un homme qui a une femme pénible, querelleuse, pleine de jugements à son égard, puisse parvenir à quoi que ce soit.

Votre mari ou fiancé peut se dépasser au delà de tout ce qu’il pouvait imaginer lui-même, si vous acceptez d’être un instrument de Dieu pour l’encourager et l’aider (Proverbes 31 : 10, 11, 12).

 Que les hommes chrétiens se lèvent pour servir Dieu, leur famille et leur Eglise, voilà une chose qui est dans la pensée du Seigneur.

Les gens ont souvent des chrétiens l’image de personnes faibles, sans trop de caractère ni de personnalité. Et c’est en effet l’image que beaucoup de chrétiens ont donné d’eux-mêmes, il faut l’avouer.

Christ, pourtant était un homme dans tout le sens du terme : Il a résisté à l’iniquité avec courage et a aimé les siens au point de donner Sa vie pour eux.

Il est temps, pour nous les hommes, de nous lever pour marcher sur Ses traces !

 Vous pouvez télécharger ce message !

> TELECHARGER

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

 + Player Enseignement